Rossignol met le cap sur la mode et ouvre ses boutiques en station


ROSSIGNOL mode blog

Déjà présente sur le segment « ski chic » (collection 15/16), la marque souhaite s’émanciper des pistes pour être aussi portée en ville.

C’est à l’occasion du Critérium de la Première Neige (Val d’Isère, 11-19 décembre) que Rossignol dévoilera sa nouvelle collection textile 2016/17. Une collection très attendue, qui devrait être l’illustration de la nouvelle stratégie du groupe de matériel de sports d’hiver dans le prêt-à-porter.

Cette stratégie s’est concrétisée par la création d’une nouvelle filiale Rossignol Apparel et la mise en place d’une nouvelle équipe textile basée à Milan.

Rossignol Apparel est présidée par David E. Fife, administrateur de Sandbrige Capital, le fonds qui est venu épauler en novembre 2014 le Scandinave Altor Funds, propriétaire du fabricant de skis, en apportant son « expertise pour développer la stratégie textile » du groupe, explique Bruno Cercley, président de Rossignol.

Basé à New-York, Sandbridge Capital a été créé avec le soutien de grands noms de la mode, comme Domenico De Sole (Gucci, Tom Ford), Ron Snyder (ex-pdg de Crocs) ou encore le styliste et homme d’affaires Tommy Hilfiger, qui fait partie des investisseurs par le biais de Star Branding Group. Le fonds possède notamment dans son portefeuille la griffe Karl Lagerfeld ou la marque du Wyoming Stio Outdoor. Domenico De Sole, président de Tom Ford, indiquait dans un communiqué : « Rossignol est une grande marque avec un patrimoine et un potentiel forts dans le secteur de l’habillement ».

La direction de Rossignol Apparel a été confiée à Alessandro Locatelli, CEO, arrivé chez Rossignol il y a un an, après avoir fait une partie de sa carrière au sein du groupe italien Ittiere SpA, qui gère de nombreuses licences pour Pierre Balmain , Karl Lagerfeld ou encore Galliano. Une nomination qui a entraîné le départ de Jean Holvoet, artisan du développement de Rossignol dans les vêtements de ski et du rapprochement de la marque avec JC de Castelbajac.

« C’est une nouvelle étape et nous sommes bien entourés pour la franchir. Nous avons des contacts fréquents avec Domenico de Sole, qui nous fait bénéficier de son expérience », nous indique Bruno Cercley.

Ce développement dans le prêt-à-porter s’accompagne de l’ouverture de boutiques en station : Megève, Méribel, Courmayeur, Crans-Montana, qui viennent s’ajouter à celles de Paris (One Nation) et Chamonix. « Nous aurons au total 8 boutiques en station cette saison, mais pour l’heure, à l’exception de Paris, il n’y a pas de projet d’ouverture en ville. Notre offre actuelle ne permettant pas de faire tourner un magasin à l’année », précise le patron du groupe.

« Pour autant, ce virage dans la mode, ne signifie pas que nous allons abandonner la pratique sportive, au contraire », nous affirme Bruno Cercley. Preuve de cet ancrage sportif, la marque travaille sur une collection « pros » destinée aux écoles de ski et aux skis clubs, réalisée par les équipes du siège de Moirans.