« Expé c’est reparti ! » Pascal Diaz, nouveau président d’Expé-Spélémat


blog expé2

Pascal Diaz, président et Pascal Sanchez, dg.

La chaîne de magasins Expé a été reprise mardi 12 mai par le groupe d’investisseurs Seconde Chance. Créé en 2008 par des entrepreneurs lyonnais, Seconde Chance contrôle 51% du capital d’Expé-Spélémat à la suite d’une levée de fonds de 950 K€, aux côtés du Fonds régional d’investissement (FRI Rhône Alpes) et de X-Ange Private Equity (Siparex) pour 24,5% chacun. «Nous sommes un groupe d’investisseurs privés spécialisés dans la reprise d’entreprises rencontrant un accident de parcours mais dotées d’un réel potentiel en termes de savoir faire ou d’image», explique Pascal Diaz, président et lui-même ancien pdg de l’équipementier automobile Inoplast, dans l’Ardèche, repris par Plastic Omnium. «Nous avons réalisé une dizaine d’investissements depuis sept ans et il n’y a pas eu un seul échec. Jusqu’à présent nous étions plutôt dans l’industrie. Avec Expé, nous entrons aujourd’hui dans la distribution. Ce n’est pas un secteur facile, la concurrence est vive, mais Expé a de vrais arguments et un fort esprit communautaire que nous entendons développer. L’enseigne bénéficie d’une bonne notoriété et d’une bonne image en termes de technicité, de conseil et de service. La société n’avait pas de très grosses pertes et elle a retrouvé une situation financière très saine», souligne l’actionnaire. «Notre priorité est de faire marcher l’existant en améliorant ce qui doit l’être. Après nous entrerons dans une deuxième phase de croissance», indique Pascal Diaz.

Basée à Auberives-en-Royans (Isère) Expé est née de la vente par correspondance, avant de se rapprocher du magasin lyonnais Spélémat, puis de développer l’enseigne (Lyon, Saint-Etienne, Marseille, Montpellier, Nice, Clermont-Ferrand et Paris). La société emploie aujourd’hui 40 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 8,2 M€ sur l’exercice clôt en septembre 2014, dont 60% à travers les 8 magasins et 40% en VAD et ventes aux collectivités. «La VPC pure est déclinante, mais le catalogue reste quelque chose de connu. En revanche, le web s’est fortement développé et nous misons évidemment dessus, ce qui implique des investissements pour mettre le site à niveau. Pour autant, notre stratégie est clairement multicanale. Je ne crois pas au pure-player. Aucun canal n’est à négliger. Nous allons aussi travailler sur l’ergonomie, l’accueil et la notoriété des magasins existants», indique Pascal Diaz. «Nous sommes là pour remettre une dynamique en route. Expé, c’est reparti !»