Calida arrête la licence Killy


Logo KillyIl n’y aura pas de collection 16/17 signée Killy. Le groupe Calida, propriétaire de Millet, Eider, Lafuma, a rompu le contrat de licence qui le liait à la griffe pour encore une saison. La marque Killy contribuait à hauteur de 3 M€ environ au chiffre d’affaires d’Eider. Les royalties étaient de l’ordre de 250 à 300 K€ quand Calida a repris Lafuma.

A ce jour, aucun repreneur n’a été annoncé. « Nous étudions plusieurs projets, mais n’avons pas encore pris de décision », indique Jean-Claude Killy à Outdoor Experts. « Je reste très attaché aux fondamentaux de la marque que sont la protection et la skiabilité. Ce sont ces valeurs qui lui ont permis de traverser toutes ces années, malgré les aléas et les mauvaises saisons », ajoute le triple champion olympique.

 

De Eider à Calida

C’est en 2006 que l’entreprise Eider avait repris la licence Killy (à la suite du groupe britannique NTS-Nevica) pour une durée de 10 ans. « C’était à l’époque un projet stratégique et passionnant pour Eider », se souvient Jean-Michel Herrault, alors pdg d’Eider. Cependant l’investissement s’avéra lourd pour l’entreprise d’Eloise (Haute-Savoie), que le fonds Argos, son propriétaire, ne tarda pas à revendre.

En juin 2008, Eider fut donc repris par le groupe Lafuma, et la licence Killy avec. La priorité étant le redressement d’Eider, la griffe du champion olympique ne fut pas jugée stratégique par Philippe Joffard, alors pdg de Lafuma, qui s’en serait bien défait. « Mais nous avions bétonné le contrat entre les deux parties pour garantir sa pérennité », explique aujourd’hui Jean-Michel Herrault.

Quitte à garder la licence, autant bien le faire. C’est ainsi qu’à l’automne 2011 le pôle montagne, sous l’impulsion de Thibaut Cornet (alors dg d’Eider), organisa la relance de la marque Killy. La direction du style fut confiée à Aurore Calmier (ex. Fusalp), qui réveilla la griffe avec une collection 12/13 approuvée par Jean-Claude Killy lui-même.

Puis, en janvier 2013, le groupe Lafuma passa sous le contrôle du Suisse Calida. « Killy a une forte notoriété, mais la question est de savoir si, à terme, nous avons vocation à garder des licences ? », s’interrogeait dans nos colonnes Félix Sulzberger, alors DG du groupe helvétique, quelques mois après la reprise (Outdoor Experts, nov. 2013). La réponse ne faisait plus vraiment mystère. Mais elle est tombée un an plus tôt que prévu puisque le contrat courait jusqu’à la collection 16/17.

Eider prend de l’Altitude

Dans le même temps, Eider lance pour l’hiver 16/17 une nouvelle gamme Altitude pour occuper le segment du ski haut de gamme. La mission a été confiée à Aurore Calmier, nommée directrice de la marque. « Indépendamment de l’arrêt de Killy, le groupe avait décidé de tirer la marque Eider vers le haut », souligne Aurore Calmier. La ligne se compose de 24 modèles masculins et féminins, dans une palette de prix allant de 500 à 900 €. « Nous visons dans un premier temps une distribution sélective dans une cinquantaine de points de vente, dont 25 en France », précise la responsable. 

Article communiqué aux abonnés le 10 décembre 12:00